Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Irrépréssible envies

Par Rowf

Bonjour, j'essaye que cette journée se termine sans alcool, les grandes surfaces vont bientôt fermer. J'angoisse de cette soirée, sans alcool. Cette béquille qui m'apporte un peu de présence.
Je bois tous les jours depuis une dizaine d'années. 2h après m’être levée, sieste l’après midi et le soir pareille, 2h pour immerger et picole de nouveau. Je ne bois que du rhum a 50/55°, la grosse bouteille me dure 3 jours.
Je ne vois plus personne et je deviens folle, agressive, j'ai honte et je me sens mal.
Ce n'est pas ma première tentative et prise de conscience, je n'ai jamais tenue bien longtemps, 10/15 jours maxi.
J'ai passé un concours et j'ai été reçue, j'ai une visite médical la semaine prochaine ça m'angoisse un peu pour l'alcool et le Thc si ils font une recherche dessus en test urinaire. Je n’arrête pas l'alcool juste pour cette raison même si elle déclenche ce jour d’arrêt.
Je voudrais juste être moi, être moins tourmentée par cette drogue, me sentir mieux physiquement, dormir plus paisiblement mais j'ai peur, je ne sais pas pourquoi.
Je vais tenter d'occuper cette heure pour ne pas courir m'acheter de l'alcool.
Je ne sais pas si il y a grand chose de percutent a me dire. Bonne soirée a vous

Fil précédent Fil suivant

6 réponses


ojete - 31/01/2017 à 14h25

Bonjour

Pour les analyses, cela dépend de votre composition.

Je suis alcoolique depuis 15 ans, pas traité, pas avoué, et j'ai toujours pas arrêté, car mal conseillé et pas de volonté.

Mes analyses d'urines donnent de l'albumine, et mes analyses de sang sont ok, mais attention ! l'alcool peut laisser tranquille le foie et attaquer d'autres organes comme les reins ou le pancréas.

J'ai la chance d'avoir des parents en vie, alors quand je sens que je pars en c*******, je me réfugie chez eux et je sais que là ma consommation est limitée et raisonnable.

Le fait d'avoir peur sobre est , selon moi, tellement logique.
Il faut reussir à ne plus avoir peur en etant sobre, c'est un combat que vous ne pourrez jamais affronter seule.

Je cherche aussi de l'aide.

IteMissaEst - 31/01/2017 à 17h07

Bonjour Rowf

Pourrais-tu nous en dire plus sur tes "peurs" ? Peur d'être triste, angoissé(e), des effets secondaires du sevrage ?

J'ai également ressenti ces craintes avant d'entamer mon sevrage : difficile d'imaginer une vie sans plus jamais d'alcool, en soirée, aux fêtes, lors d'anniversaires.

Je peux t'assurer que je ne regrette absolument pas d'avoir affronté et dépassé mes craintes car la vie est toute autre sans cette saloperie !

Etre conscient(e) de ton alcoolisme est déjà un grand pas. Certains sont dans le déni toute leur vie.

Rowf - 19/05/2017 à 05h25

Bonjour ojete, j'espere que vous avez pu trouver un appuie pour vous aider.

Ici je me sens épuisée, fatiguée, décalée... capable de faire peu de choses.


Bonjour IteMissaEst,
peur d'abandonner ce produit, d'abandonner l'alcool. C'est con de ressentir ça car ça me détruit tellement. Seule et peur de l'être encore plus.
Pourtant je le sais que c'est principalement a cause de lui que je suis seule.
J'ai fait une croix sur les relations sentimental.
Je ne sors plus avec des amis, a 18h je suis déjà bourrée, malade, fatiguée.
Les dernières fois ou j'ai accepté de sortir en me disent je vais gérer ma consommation, j'ai déjà pas mal picolé, c'est la cata, vomissements, palais brulé, gueule de bois pendant plusieurs jours.
J'en peux plus je suis éreintée.
Ma visite médical pour mon job c'est bien passé, pas de test urinaire ou autre, a la question est ce que vous buvez? Non avec une auréole au dessus de la tête hummm
Je commence le boulot dans 2 semaines et je suis fatiguée... je n'ai pas réglé les petits trucs du quotidien que j'avais a boucler, je voulais commencer le boulot en étant a jour et je repousse tous les jours.
J'ai peur de ne pas tenir ce job que j'ai tant convoité, d'arriver usée le matin, de m'énerver...
Je suis consciente de tout ce que l'alcool me prends, m'empêche de faire...

J'ai lue pas mal de postes sur le forum cette nuit, ca fait du bien de voir que l'on est pas seul dans le désarois et que beaucoup tente et arrive a s'en sortir

salmiot1 - 19/05/2017 à 11h54

Mais toi aussi tu peux faire partie des gagnantes Rowf, ne cède pas au découragement et fais l'effort de fréquenter un Mouvement d'anciens buveurs . Tu y rencontreras des malades alcooliques tout comme toi mais qui sont bien dans leur peau et ne désirent qu'une chose : t'aider car en t'aidant, ils s'aident eux-mêmes à rester abstinents.

Et si tu faisais une petite liste des choses que tu as à faire et en tête de liste tu mettrais : rester abstinente aujourd'hui .
Après cela , tu effectueras certaines autres tâches dans l'ordre de leur importance .
Pose-toi aussi souvent la question : " est-ce bien si important" ?
Concentre-toi aussi sur le "Rien qu'Aujourd'hui " si cher aux A.A.

[b]Rien qu'aujourd'hui

Il y a, dans chaque semaine 2 jours pour lesquels on ne devrait pas se tracasser ...

L'un de ces jours est « HIER » avec ses erreurs et ses soucis, ses fautes et ses bévues, ses maux et ses peines.

Hier s'échappe à jamais de nos mains.

L'autre jour, c'est « DEMAIN », avec ses fardeaux, ses larges espérances et ses pauvres accomplissements.

DEMAIN est aussi hors de notre portée.

Il ne reste qu'un jour : « AUJOURD'HUI ». Tout homme peut livrer les combats d'un seul jour ... Ce ne sont pas les épreuves d'un seul jour qui rendent les hommes fous, c'est le remords ou la rancoeur d'un incident qui est arrivé HIER et la crainte de ce que DEMAIN peut apporter ...

VIVONS DONC UN SEUL JOUR A LA FOIS, JUSTE AUJOURD'HUI.[/b]

Bon courage , tu n'es plus seule .

Flo66 - 19/05/2017 à 16h27

Bonjour Rowf,
Ta peur est normale tu sais, elle nous a tous emplie au meme moment. La peur de ne plus avoir un produit que l on croit necessaire pour vivre, la peur de ce que l on va trouver derriere, la mise a nu que cela represente, la peur de retrouver ce que l on a fuit. Je ne sais pas, si ca peut t aider tu peux les lister et on pourra te montrer qu il y en a beaucoup qui n ont pas vraiment de raison d etre..
Et si l arret desemble insurmontable maintenant tu peux te rapprocher d un medecin, ou d un addictologue pour voir les autres solutions qui existent. L urgence semble etre la de diminuer largement avant de reprendre ce taf qui te tient a coeur. Tu sais je crois que dans la vie il y a des instants comme ca qui representent un peu plus que ce qu ils sont. Ce travail c est l occasion, la motivation que tu n arrivais pas a trouver jusque la. Cela te donne l energie de revenir ici, tu sens qu il y a quelque chose a faire. Alors ne te panique pas de cette date, vois juste ca comme un petit signe, que cela te donne l impulsion pour ne plus rester seule avec tout ca, de depasser ces peurs. Prendre un rendez vous dans un centre ou une asso c est un pas que tu peux faire, cela ne veut pas dire arret le soir meme et tu verras qu il y a peut etre des solutions adaptees a toi.

Et puis pour ma part le rhum est l alcool qui me rendait le plus "con", agressif alors que je ne l etais pas specialement avec les autres alcools..

Tu peux toi aussi tenter. Cest ce que l on a tous fait pour un jour reussir blunk

Zozo - 20/05/2017 à 23h54

Bonsoir Rowf
je suis dans le même cas que toi, je suis en période de sevrage, cela fait 9 jours que je me bats tout les soirs pour ne pas toucher à mon copain le whisky. Mais dieu merci je tiens le coup même si c'est très dur.
Je ne sais pas si tu es suivie par un addictologue, mais si ce n'est pas le cas je te conseille vivement de prendre contact avec le centre de ta région. Tu peux parler, échanger expliquer tes souffrances, sans aucun jugement, et le médecin pourra te donner un traitement qui t'aidera à surmonter ton manque.
pour ma part, j'ai pris la décision d'y aller et chaque semaine j'ai hâte car je trouve du réconfort, de la gentillesse et de la compréhension. Il faut que tu tiennes le coup. Tu verras tu te sentiras mieux dans tes " baskets" sans ton pote rhum.Je le connais bien aussi, j'adorais le vieux rhum au point de me faire envoyer des cubis de Martinique. ....
mais j'ai bon espoir... j'essaye de trouver des occupations pour palier au manque.malheureusement dans ma région je n'ai pas d'associations où je pourrais participer à des réunions, mais si tel est le cas pour toi, n'hésité pas à y aller , au moins tu pourras rencontrer des gens avec qui parler et ils pourront peut être t'aider à trouver des solutions pour éviter de boire.
C'est dur, je le sais , mais il faut pour toi et ton bien être futur que tu tiennes le coup.
Bon courage à toi.

Répondre au fil Retour