Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Consommation alcool et prise de sang.....

Par fritz

Bonjour à tous et à toutes,

Cela fait qq années que je suis les posts sur les forums alcool/Baclofène, conscient du fait que j’ai un problème d’alcool.

Jusque là, j’ai lu les expériences diverses de personnes ayant la même maladie, mais là, je me lance.

Portrait : bientôt 60ans, responsable d’un bureau avec 6 collaboratrices..

J’ai commencé à consommer de l’alcool vers 25 ans. Le week-end, apéro, vin à table. C’était normal
dans le cercle familial de ce moment-là. Qq fois, exagération qui se terminait par un mal de tête le lendemain…

Il y a environ dix ans, tout bascule. Je peux cibler le moment où cela a démarré. Suite à des problèmes de couple + harcélement au travail, ma consommation augmente sensiblement pour devenir quotidienne. Mon couple n’y survivra pas.

Me retrouvant seul dans un petit studio, plus de contraintes.. Libre de sortir quand je veux, de rentrer quand je veux et dans n’importe quel état… Et si, je n’en ai pas eu assez, le cubi n’est pas loin.
Lendemains difficiles, black out, je parcoure les historiques de mes emails ou téléphone car je ne me souviens de rien… Galère, pfff !

Ma nouvelle compagne vit chez elle et c’est bien confortable. A la moindre tension, chacun chez soi.
Elle tolère mes excès, même si cela donne lieu à quelques engueulades de temps à autre.

Je réalise et admet que j’ai un problème, j’en parle à mon médecin qui me prescrit qq médicaments sans grand effet, sauf peut-être le Baclofène. Je parviens à réduire quand même.

Il y a deux ans, nous convenons que ma compagne aménagera chez moi. Nous en avons envie et un loyer en mois, cela compte. Le fait qu’elle soit là m’oblige à ralentir, mais ma consommation reste élevée (3-4 bières fortes entre 14.00h et 18.00h et le soir, ½ à 1 btle de vin, jamais d’alcool fort). Nous recevons énormément et sommes aussi invités régulièrement, cela ne fait qu’augmenter les occasions .

Dépuis avril de cette année, les fêtes diverses et vacances (dont 1 semaine en all in) n’arrangeront rien..

Octobre : prise de sang et là, c’est la cata ! Mon médecin me téléphone, je suis en train de siroter un verre de rouge qui finira dans l’évier…. Gamma GT à 745, trop d’insuline, trop de sucre. Là, c’est la baffe dans la g…., j’arrête immédiatement ce que je n’ai jamais pu faire auparavant.

Ma compagne m’incite à consulter un gastro-entérologue. RDV est pris en hôpital universitaire et la jeune médecin me prescrit de la vitamine B en me disant qu’il n’est pas bon d’arrêter d’un coup comme cela… + divers examens et prises de sang complémentaires.

Plus rien bu depuis le 20 octobre…. Je me sens 100x mieux, plus de gènes abdominales, plus de matins nauséeux.

Une première prise de sang montre des résultats encourageants.
Divers examens ont été faits (gastroscopie, ecographies etc..), mais ce n’est pas terminé !
Bientôt un IRM du foie, c’est l’angoisse !!

Notre vie sociale a continué, mais sans alcool… Je prétexte un régime où l’alcool est banni et cela passe plutôt bien. De toutes façons, je n’ai pas honte de dire que j’ai besoin de lever le pied sérieusement. J’ai lu sur d’autres forums qu’il ne valait pas le coup de prendre des substituts.. Pour moi, cela marche plutôt bien, j’ai trouvé du vin sans alcool qui me permet de boire autre chose que de l’eau.

Voilà ma première contribution à ce forum intéressant. Courage à ceux-celles qui partagent le même combat.

Fil précédent Fil suivant

16 réponses


IteMissaEst - 30/11/2016 à 14h25

Bonjour,

Et même si je suis (aussi) nouveau sur le forum, bienvenue...

Je me retrouve dans certains de vos propos notamment l'origine de l'accélération : problèmes relatifs au travail, anxiété,...

Vu que je trouvais ma consommation problématique mais que je n'arrivais pas à en parler ouvertement sauf à mon épouse j'effectuais (aussi pour un autre suivi) des prises de sang régulières en me disant : "est-ce que mes Gamma GT vont révéler un problème". Mais non, jamais. Mes prises de sang étaient toujours excellentes. Dans un autre sens ça me rassurait.

Ce qui m'inquiétait par contre c'était mes "black-out" comme vous les décrivez si bien, des douleurs abdominales diffuses et osseuses. Etant de nature hypocondriaque je me voyais avec une nécrose de la hanche, une pancréatite... Ca me calmait quelques jours et repartait de plus belle. Jusqu'aù jour où ma fille élève infirmière m'a parlé de patients qu'elle avait eu l'occasion de rencontrer et qui étaient atteints du syndrome Korsakoff. Elle a terminé sa phrase en me disant "Ca te fait passer l'envie de boire un verre à tout jamais"... Je me suis documenté et ça ne m'a pas rassuré notamment au niveau des trous de mémoire. J'ai du jour au lendemain entamé une cure de vitamines B et depuis le 01/09 j'ai cessé toute consommation d'alcool. Depuis on a reparlé du syndrome et elle m'a dit que c'était une forme de phase terminale de l'alcoolisme... Ouf, je pense que je n'en étais pas encore là.

Comme vous je me sens hyper mieux, comme transformé.

Vu que les fêtes approchent je vais aussi prétexter un régime "sans" rendu nécessaire et ça c'est vrai par une fragilité oesophagienne.


Courage, gardez le cas. Chaque jour sans est une victoire de plus ! Le tout est de se lancer même si les débuts ne sont pas évidents.

bba80909 - 06/12/2016 à 13h15

Bonjour à tous les deux,

Je me retrouve moi aussi dans vos témoignages. J'ai la quarantaine, j'ai commencé à consommer il y a vingt ans. Un whisky coca le samedi soir avec un verre de rosé. Puis avec le temps, le coca a disparu. Après c'était les vendredi, samedi et dimanche soir, puis le midi, pour arriver depuis 4 ou 5 ans consommation tous les soirs de la semaine et enfin midi et soir.

J'en suis arrivé à 2 à 3 litres de whisky par semaine, 3 verres de vin par repas, .... plus quelques extras.

Je pense que l'origine est comme vous un stress au travail, et pour ma part depuis quelques temps des problèmes financiers. Je pense qu'un état dépressif s'est installé.

J'ai voulu arreter l'année dernière, ça a durer 2 jours. J'ai décidé de retenter l'expérience. C'est mon 2eme jour, je suis en train de prendre l'apéro (perrier citron), et ça va.

Il faut dire que ma santé s'est un peu dégradé. Mon foie est a pris un coups. Mes Gamma GT et transaminases ont explosés. J'ai fais une biopsie qui n'a rien donné. Je me dis que c'est peut être le moment de se mettre un coup de pied au cul. J'espère que je tiendrais.

Je ne compte pas arreté totalement, mon déja arreté en semaine, et limité le week end. Je prends aussi l'argument d'un régime pour expliquer (si en plus je perd un peu de poids ça ne peut pas faire de mal happy.

Bon courage

fritz - 09/12/2016 à 11h28

Bonjour,

Merci d'avoir suivi et commenté mon fil...

Je continue mon histoire.
Toujours rien bu depuis le 20 octobre.

Les analyses de sang et surtout le Fibrotest ont montré un problème au foie.

Les commentaires transitant par le médecin traitant (un ami) qui désirait certainement m'épargner étaient évasifs : masse de 2.5cms au foie, biopsie possible, chirurgie et transplantation, tout se mélangeait.. mais m'ont mis pendant qq jours dans un état de stress et de dépression pas possible.

De retour de l'hôpital..

L'IRM a été plus clair encore. Résultat : tumeur cancéreuse au foie et foie mal en point suite à la consommation d'alcool!!

Choc encaissé, la doctoresse dit que la tumeur est isolée, pas d'autres tumeurs, pas d'autres organes touchés.
Ils proposent une chirurgie qui amputerait partiellement le foie. Chance dans ma malchance d'après elle...
Même si problème sérieux, je suis un peu réconforté.. Fin décembre , rendez-vous avec chirurgien pour plus d'explications..

Si cela peut aider qq'un à le(a) motiver à arrêter... courage car votre santé en prend un coup!!

IteMissaEst - 10/12/2016 à 23h38

@ Fritz : Aie. Mais comme l'a dit le médecin c'est une grande chance que ce soit confiné au foie ! Courage !

@ bba : j'ai aussi pensé à arrêter la semaine mais les rares fois où je l'ai tenté c'était un gros binage drinking le we. J'ai pris la décision que ce ne serait rien. Cela fait 3 mois 1/2 bientôt.Je me sens de plus en plus détaché. Le sport (marché intense) compense. Vendredi c'est les 20 ans de ma fille. Puis les fêtes. Je me vous mal renoncer à mes efforts. Mes proches ont assimilé le changement. Pour ce qui est de la déprime il ne faut pas perdre de vue que l'alcool est anxiogène donc ça aggravé même si le premier effet est faussement bénéfique. Je vois tant de vies brisées par ce poison dans mon métier que je ne veux plus prendre ce risque ! Courage @ Ensemble on y arrivera !

fritz - 06/01/2017 à 12h40

Bonjour à tous,

Qq news après les fêtes qui se sont bien passées sans un verre d'alcool alors que tout était à disposition et qu'en plus, je m'étais proposé pour travailler dans le bar happy

Fin décembre, résultat du Petscan qui montre bien une seule tumeur. C'est apparemment encourageant.

Mais régulièrement des coups de blues pas possibles, nuits sans dormir; en 60 ans, jamais eu un problème de santé, jamais mis les pieds dans un hôpital sauf pour rendre visite..

J'en veux à mon médecin traitant de ne pas m'avoir incité, conseillé à voir un spécialiste plus tôt. Il y a un an, mes analyses n'étaient déjà pas très bonnes. Seul conseil, petit régime et lever le pied avec la bibine.

Quand on boit tous les jours, on lève le pied deux jours et puis on reprend un verre et puis deux et la spirale continue..

Cette fois-ci, je ne peux que remercier ma chère compagne qui m'a incité à voir un spécialiste, sans qui, j'aurais certainement repris un rythme régulier de consommation et le cancer de continuer son oeuvre destructrice silencieuse.

Vu le chirurgien hier. Opération programmée pour le 24/01 (laparoscopie si tout va bien). Bizarrement, je me sens soulagé pour l'instant alors que oui l'alcool a détruit mon foie et je vais rester pour le reste de mes jours, une personne à risque!!!

A tous, faites le maximum pour arrêter tant qu'il est temps!!

IteMissaEst - 17/01/2017 à 15h32

Bonjour Fritz,

Désolé de ne pas avoir répondu plus tôt.

J'espère que vous continuez sur la bonne voie. Le jour J approche. J'espère que tout se passera bien.

fritz - 24/01/2017 à 19h49

Bonjour...

Aujourd hui, opération comme prévu. Anesthesie et re tour dans la chambre vers 14.00h. Chouette tout s'est bien passé...juste 5 petits trous.

On averti tout le monde...

Une heure après, passage du chirurgien..... : Monsieur, on ne vous a rien fait. La tumeur est très mal placèe, impossible d'opèrer!!! Trop pres d'une grosse veine. Radiotherapie pas conseillée....

Solution..... Greffe...!!! Nouveaux rendez vous pris...

Sommes totalement désemparés!!!!

Si ceci peut contribuer a faire arreter qq'un...... Suite dans qq jours

IteMissaEst - 25/01/2017 à 10h04

Oh, quelle poisse !

Je m'étais fait la réflexion lors de mon arrêt : dans quelques temps ça risque d'être une obligation médicale alors pourquoi attendre...

J'espère q'une solution sera rapidement trouvée, en tout cas avant que ça n'essaime !

Courage à vous et vos proches !

leolise - 26/01/2017 à 12h30

Bonjour à tous,

Je lis tous vos témoignages et ils sont très percutants et surtout convaincants.

Fritz, j'espère que ça va aller. Nous sommes de tout cœur avec vous.

Pour ma part, comme le sais IteMissaEst qui m'encourage dans ma démarche, je suis nouvelle sur le forum. J'essai d'arrêter 1 consommation trop régulière et surtout une incapacité à m'arrêter quand je commence (1 bouteille de vin environ 5 soir par semaine). Besoin et envie de m'enivrer

Depuis 3 jours je n'ai rien bu et je me sens déjà mieux.

Fritz, j'ai vaincu un cancer stade 4 (terminal) et il faut faire confiance à la médecine et surtout rester le + positif possible. Je ne dis pas que cela sera facile mais il faut tjr y croire.

De mon côté je continue à vous suivre. Le forum et la bienveillance de tous me fait du bien.

Plein de courage pour les semaines à venir

Répondre au fil Retour