Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Problème d'alcool et de fréquentations de ma compagne

Par FredMell

Bonjour,
Ma compagne boit quelques verres tous les jours (bière et/ou vin), mais jamais d'alcool fort. Sa consommation varie de 1 ou 2 verres à 5 ou 6, parfois un peu plus le week-end lorsqu'on a des soirées ou des anniversaires. Elle ne boit jamais le matin, seulement à partir de 17h ou 18h (ou dès l'apéro du midi le week-end).
Lorsque je lui dit que sa consommation me paraît un peu trop élevée, elle n'est pas d'accord avec moi, et trouve que c'est "convivial de boire des verres entre amis".
On partage quelques verres ensemble lors des apéros ou des repas du week-end (2 apéros et 1 verre de vin à table par exemple), mais ce qui me pose vraiment problème, ce sont les verres qu'elle consomme en plus à l'extérieur du foyer, notamment chez son ex (le père de son fils) et chez sa meilleure copine, 2 personnes que je considère moi comme des alcooliques, mais qu'elle se refuse à voir comme tels. Chez ces 2 personnes, l'alcool est omniprésent, à toute heure de la journée.
J'aimerais savoir et comprendre si elle voit vraiment l'alcool comme un élément convivial dans sa vie, ou bien si elle n'est pas tout simplement dans le déni ...
J'aimerais aussi avoir l'avis de personnes ayant vécu des expériences ou des situations similaires.
Merci d'avance de votre aide.

Fil précédent Fil suivant

7 réponses


Olivier 54150 - 21/07/2016 à 19h57

Bonjour,
Effectivement elle semble être dans le déni.
A ce stade ce n'est pas facile d’intervenir.
Il vaudrais pouvoir provoquer un déclic. La mettre devant le fait. (volume consommé, témoignages, photos...)
En temps que coodépendant vous ne devez pas la protégé de l'image d'alcoolique qu'elle pourrais entrevoir face à elle.
Elle dois se rendre compte d'elle même, mais avec de l'aide si il le faut.
Aussi bien comprendre que l'alcoolisme et une vrais maladie et non une tare.
Bon courage
Olivier, abstinent depuis 1998

FredMell - 22/07/2016 à 14h38

Bonjour Olivier,
Merci de ton témoignage et de tes conseils, et bravo pour toutes ces années d'abstinence.
J'aimerais mieux comprendre la phrase où tu dis que je ne dois pas "la protégé de l'image d'alcoolique qu'elle pourrais entrevoir face à elle" ...
Cdt

Olivier 54150 - 22/07/2016 à 15h46

FredMell,
J'aimerais mieux comprendre la phrase où tu dis que je ne dois pas "la protégée de l'image d'alcoolique qu'elle pourrait entrevoir face à elle" ...

Voici un exemple concret : si elle s'endort sur le pallier ou sur la table, ne pas la porter au lit, prend une photo et laisse telle quel. (cas extrême) Mais il ne faut pas être complice d'un alcoolique, cela ne l'aide pas, au contraire.

Hervé Chabalier a écrit "le dernier pour la route" il y a aussi le film (tu trouves sur le net) A voir

bonne chance.

FredMell - 04/01/2018 à 14h16

Bonjour,
Je ressors ce témoignage, vieux de plusieurs mois.
Malgré quelques efforts de "surface", rien n'a vraiment changé, et je suis entré dans une démarche de séparation.
Le dialogue, pas forcément sur le sujet de l'alcool, ni même en état d'ébriété, est devenu de plus en plus difficile, et la relation de couple s'est détériorée petit à petit, même si j'ai l'impression d'être le seul à en avoir pleinement conscience.
Quand je regarde les discussions récentes, je vois surtout des femmes qui viennent témoigner de l'alcoolisme de leur conjoint, parfois des filles au sujet de leur mère, mais rarement des hommes. Pourquoi ?
Je ne comprends plus les raisonnements de ma conjointe, elle sème la confusion dans ma tête, elle nie tout tout le temps, elle ment, elle embrouille chaque début de discussion. Quelqu'un a t'il connu cela ?
Merci d'avance de vos réponses

Sheeva - 04/01/2018 à 16h33

Bonjour FredMell,

Ton témoignage me touche, je suis de l'autre côté de la barrière. Femme, alcoolique mais abstinente désormais. J'ai également gâché de belles relations amoureuses à cause de l'alcool.
Sache que tu ne peux absolument rien faire pour ta compagne si ce n'est de ne pas la juger et de la supporter le jour où elle même aura le déclic.
Il n'y a qu'elle qui peut décider de mettre un terme à tout cela, mais tant qu'elle sera dans le déni, rien ne changera. L’alcoolique est par définition menteur et fuira systématiquement les conversations ou "s’énervera" pour ne pas reconnaître qu'il y a un problème. Dans tous les cas, je te déconseillerais d'avoir une discussion lorsqu'elle n'est pas à jeun. Cela ne servira à rien et la culpabilisera, ce qui aura par conséquences de la faire continuer à boire. (L'effet "foutue pour foutue"blunk
Le seul conseil que je peux te donner est de penser à toi et de te protéger de tout cela.
Est-elle dans le déni total ? A-t-elle déjà essayé d'arrêter? de modérer?
Je te souhaite beaucoup de courage et beaucoup de patience.
S.

FredMell - 04/01/2018 à 17h39

Bonjour Sheeva,
Merci de me répondre, et d'ouvrir ainsi une possible discussion.
Oui, ma compagne est dans un déni total.
Quand je lui reproche de boire tous les jours, elle me renvoie le fait que moi aussi je bois parfois lors de soirées.
Ce qui m'est le plus difficile à supporter, c'est de savoir qu'elle me ment, et que la confiance est perdue.
En plus de boire, elle présente aussi des troubles du comportement, et de raisonnement.
Elle me contredit en permanence, est parfois bipolaire, distante puis présente.
Je ne veux pas de cette vie de couple, qui me donne le sentiment d'être tiré vers le bas.
Au début de notre relation, je pensais pouvoir la rendre heureuse, mais maintenant je n'y crois plus.

Répondre au fil Retour